accueilprochaines rencontresle dernier carrefour
 
 
 
 Le dernier carrefour


PERVERSIONS,
aux frontières du trauma
Les 7  et 8 Octobre  2005
à L'Hôtel Dieu 2 rue Viguerie Toulouse

Avec la participation de

Daniel AJZENBERG  "Le regard détourné de la mère"
Claude BALIER  "Ces personnalités dites "perverses"
Miguel BENSAYAG  "De la Perversion dans une époque obscure"
Vincent de GAULEJAC "L'idéologie managériale:perversion sociale"
Alberto EIGUER  "Le Roman familial du pervers moral" 
Serge HEFEZ  "Liaisons dangereuses dans le couple et la famille"
Philippe GUTTON  "Naissance de la perversion à l'adolescence"
Jeanne POURRINET  "Perversion dans l'art contemporain"
Nicole RAMAGE  "Les impasses du corps"
Michel SUARD  "Vivre après l'inceste"
           Ces dernières années ont vu une augmentation très importante de comportements vite catalogués comme pervers. Or le mot seul de "perversion", éveille un mouvement spontané de projection massive comme s'il contenait à lui seul toute la laideur du monde dont il faudrait à tout prix se dissocier : "Le pervers, c'est l'autre !" Ce déni, lui même, ne serait-il pas, déjà, une forme de perversion ?

           La pensée moderne a profondément changé notre façon de comprendre le monde et ses nouvelles exigences: toujours plus, toujours plus vite, effet de stress ou force de la virtualité… L'homme hypermoderne affichant un nouveau type d’individualisme veut décider lui-même de ce qui est bon pour lui.

           Cette évolution de la société représente-t-elle un dépassement ou une perversion de la modernité ? Pornographie et barbarie semblent être filles de la libération sexuelle et de la négation du surmoi associées à une montée de la violence individuelle et collective tandis que, de leur coté, la littérature et la sociologie contemporaines glorifient l’homme qui n’oppose aucune entrave au désir, et qui nie la différence entre les sexes et les générations, se voulant le "surhomme". 

          À quels moments la perversion "normale" originelle de la pulsion peut elle dévier et s'orienter vers une pathologie ? Quelles sont alors les nouvelles formes de pathologie ? Comment reconnaître les pervers qui gravitent autour de nous, tentent de nous tromper ou nous manipuler ? Qu'est-ce qui les pousse à subvertir ainsi les relations humaines et à pirater les règles sociales ? Comment déjouer leurs pièges et leurs intrigues à travers les différents types de déviance morale ou sexuelle ? 

        Car dans le même temps on repère aussi, chez le pervers, la poursuite d'une lutte désespérée visant à éloigner la douleur, le sentiment de vide et la confrontation à la réalité et aussi à détourner la pensée comme pour éviter le trauma. Pris ainsi dans le paradoxe de retourner à la fusion primaire avec la mère et un désir d’autonomie, aurait-il besoin de reculer les limites du possible ? La perversion serait-elle, alors, un des moyens qu’il utilise ? 
 
 
 
[haut de page]

La Source - 26 chemin du Bessayré - 31240 SAINT JEAN
Tél. (33) 05.61.74.23.74 / Fax : (33) 05.61.74.44.52 / Mail :